Stratégie Data : un CRM sans BI, c’est comme un marteau sans tête

By 12 février 2021 mars 3rd, 2021 Business Intelligence, CRM

Le CRM est un outil opérationnel mais dont l’intérêt et le ROI sont décuplés par des tableaux de bord associés. Intuitifs, ils fournissent une visibilité sur la Data et une puissance d’analyse qui forment le réel ROI du CRM pour les différents acteurs de l’entreprise.

C’est par exemple à partir des données stockées dans son CRM, qu’un manager ou commercial vont pouvoir identifier les clients à recontacter, les cycles de vente courts/longs, les leviers d’amélioration ou formation de ses commerciaux, et potentiels de développement. Les plans d’actions et ciblages seront ainsi plus efficaces car établis non sur la base de son intuition mais en s’appuyant sur des KPI bien précis.

Seulement voilà ! Faire parler les données brutes n’est pas un exercice simple. L’objectif de cet article est de vous présenter les différents niveaux de reporting possibles autour d’une solution CRM, vous démontrer les atouts (et limites) de chaque approche, et vous présenter le choix préférentiel selon vos exigences d’analyse et pilotage (du niveau 1 au niveau 4).

Si cet éclairage vous est utile, nous en serons ravis ! Si vous avez besoin de compléments ou précisions, nous restons à votre disposition. Bonne lecture !

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech

Niveau 1 : Utiliser votre outil CRM sans aucun reporting associé

Pour les utilisateurs, le CRM peut être vécu comme une contrainte. S’ils ne font qu’y saisir de la donnée, quels avantages en tirent-ils ?

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 3

C’est un fait largement reconnu : l’absence de vision synthétique de leur activité, d’aide à la décision, de vision sur l’atteinte de leurs objectifs entraînent un manque d’adoption de la part des utilisateurs.

Les commerciaux ont l’impression de perdre leur temps car ils saisissent des informations dans le CRM dont ils ne tirent aucun bénéfice. Or une application CRM devient rapidement obsolète si la donnée n’est pas entretenue et enrichie pour contribuer à l’action efficace de chaque utilisateur.

Maintenir de la donnée a un coût. Il faut choisir avec soin les informations stockées dans le CRM : ni trop, ni peu, afin qu’elles soient utiles aux utilisateurs et exploitables dans un reporting pertinent.

Tous les acteurs sont d’accord sur l’importance de la donnée. Lors de notre rencontre avec Antoine Rouillard, Directeur Général délégué aux opérations chez Berger-Levrault, il nous a partagé sa vision :

"Entretenir la donnée dans le CRM coûte de l'argent. Il faut déléguer au client le fait de nourrir mon CRM en information utile et fiable, c'est un des bénéfices de la transformation digitale"

Antoine ROUILLARDDirecteur Général Délégué aux opérations - Berger Levrault
Découvrir notre accompagnement auprès de Berger Levrault
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 4
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 5

Niveau 2 : Ajouter un reporting interne à votre CRM

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 6

Vous êtes Chief Data Officer, DSI ou en charge de la Relation Client : Construire des rapports et tableaux de bord avec l’outil de reporting intégré à votre CRM vous offre un premier niveau de reporting opérationnel et visibilité aux utilisateurs du CRM sur leur activité à différents niveaux :

  • avant-vente/ après-vente : suivi des leads, analyse de l’efficacité des campagnes, taux de conversion des leads… Suivi des tickets/demandes, suivi de la satisfaction client …
  • commercial : suivi de l’activité commerciale, suivi du pipeline, de l’atteinte des objectifs
  • management commercial : suivi des prévisions, analyse du pipeline, des taux de conversion des opportunités, de la concurrence, de l’efficacité commerciale par typologie de clients, zones géographiques, gammes de produits …
  • avec d’autres avantages tels que :
    • La mise à jour en temps réel des données affichées dans les rapports
    • L’encapsulation native de reporting dans le CRM
    • La gestion des droits dans le reporting est plus facilement calée sur les droits dans le CRM
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 7

A ce niveau, disposer d’un reporting interne vous apporte quelques avantages mais cela peut aussi aboutir à différentes limites observées par les métiers de la Relation Client en recherche de plus grande efficacité ou pertinence dans leur analyse des données de vente :

  • Limites ergonomiques des outils : nombre limité de rapports par tableaux de bord, nombre limité de filtres possibles
  • Limites dans la construction de certains KPIs liés à la modélisation sur laquelle on n’a pas la main : il est alors impossible de croiser certaines données entre elles comme on le souhaiterait
  • Limites dans la gestion d’historique : intrinsèquement, le CRM va historiser en standard certaines informations (date de transition d’un statut d’opportunité par exemple) mais ce n’est pas la vocation d’un CRM d’historiser la donnée.
  • Limites dans l’historisation des données : certains outils de CRM permettent d’effectuer des snapshots de données pour générer des rapports incluant une vision historique : par ex, la comparaison de pipelines N, N-1 avec possibilité de filtrer dynamiquement sur plusieurs critères n’est possible que sur des rapports d’historique et ces possibilités sont restreintes dans les fonctions de reporting intégrées au CRM.
  • Limites dans les consolidations possibles : il est difficile de faire des rapports complexes sur l’ensemble de la hiérarchie d’un compte, avec agrégation de données sur différents niveaux, et possibilité de choisir le niveau de consolidation souhaité
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 8

En résumé, le reporting intégré au CRM, c’est un minimum requis mais avec ses avantages (reporting temps réel, encapsulation des rapports, gestion des droits alignés avec les CRM et coût intégré dans la licence CRM) et ses limites.

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 9

Niveau 3 : Relier votre CRM à l’outil de Business Intelligence externe

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 10

Le fait de plugger un outil de Business Intelligence externe sur le CRM permet de lever facilement certaines des limites rencontrées précédemment et vous apporte :

  • L’augmentation des possibilités de reporting principalement sur la data du CRM, mais avec la possibilité d’y ajouter des données externes sans être pour autant sur du vrai multi-sources.
  • La vision 360 d’un client avec une vue groupe se fait plus facilement avec un outil de BI externe
  • L’interface est plus facile à comprendre et prendre en main par les utilisateurs.
  • Le bénéfice de la puissance d’analyse de l’outil externe: plus grand nombre de rapports par tableau de bord, plus de filtres, plus de possibilités au niveau des graphiques et des configurations possibles.
  • L’encapsulation des rapports/dashboards dans le CRM est souhaitable (c’est un usage naturel et facilitant le quotidien des utilisateurs), avec une interaction directe entre l’analyse d’un KPI et le débranchement sur une vue CRM spécifique
  • Pour le partage des KPIs, la possibilité de gérer les droits d’accès aux rapports et aux données indépendamment de la gestion sécuritaire du CRM (gestion de rôles, groupes propres à l’outil BI)
  • Une modélisation logique des données, c’est-à-dire sans support sur des tables physiques, est possible. Cela permet par exemple d’associer des données issues de différentes sources, ou bien de regrouper des champs/attributs pour que ceux-ci soient plus simples à analyser par les utilisateurs finaux.
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 11

Cependant on conserve encore quelques limites :

  • La gestion des droits peut être héritée ou décorrélée du CRM mais reste un point souvent complexe à mettre en place techniquement.
  • Les possibilités d’extension du modèle et de reporting sur de l’historique restent limitées. Du fait de ne pas avoir de modélisation physique adaptée et optimisée pour du requêtage de masse.
  • L’intégration avec les données reste limitée, même s’il est plus facile d’intégrer des fichiers plats en tant que source de données (modélisation plus complexe ; fédération des données difficile).
  • L’évolution de la modélisation au niveau de l’outil BI peut vite devenir complexe et lourde à maintenir en l’absence d’un Data Warehouse.
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 12
Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 13

En résumé, l’ajout d’un outil de reporting externe au CRM apporte des améliorations ergonomiques, augmente les possibilités en terme de reporting mais il reste cependant des limites, du fait de l’absence d’une base externe de type Data Warehouse comme nous allons le montrer dans le prochain paragraphe.

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 14

Niveau 4 : Ajouter un Data Warehouse à son CRM

L’ajout d’un Data Warehouse dans l’architecture apporte de nouvelles fonctionnalités de reporting, non seulement CRM, mais à l’échelle de l’entreprise : c’est une réelle valeur ajoutée dans l’analyse des données et aide au pilotage à tous les niveaux de l’entreprise.

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 15

Cette architecture permet de faire évoluer le modèle métier plus simplement, du fait de la modélisation même du DWH, optimisé pour du requêtage de masse. Les data de x sources sont organisées, agrégées dans le DWH de manière à répondre pleinement aux besoins métiers, à produire les KPIs attendus et à gérer des rapports d’historique (ainsi, tous les reportings YTD, Y vs Y-1, les évolutions diverses au mois le mois au d’une semaine à l’autre sont possibles)

Un autre avantage est la simplification de la modélisation sur l’outil de reporting car la complexité est traitée dans la couche basse ce qui permet une prise en main par un utilisateur avancé (Business Analyst) plus simple.

Sans oublier les possibilités étendues de la gestion des droits d’accès aux données permettant de créer des tableaux de bord coporates, partagés à l’échelle d’un groupe, des différentes BU ou Pays tout en appliquant les bonnes restrictions sur les données (gestion des droits hiérarchiques, transverses ou mixtes).

Par exemple, un manager pourra voir les données de toute son équipe là où le commercial ne verra que ses propres données, un responsable pays pourra voir certaines données sur l’ensemble du pays même si les personnes responsables de ces données ne lui sont pas rattachées hiérarchiquement.

Le croisement de données issues de différentes briques SI est indéniablement un atout décisif de ce DWH : la possibilité d’analyser et de croiser les données issues du CRM, du marketing, de l’ERP et de l’outil RH permet d’avoir une réelle vision à 360 du Client dans la relation de bout en bout et sur l’intégralité d’un groupe, par exemple :

  • Depuis la campagne marketing (données croisées entre Marketing et CRM), en passant par sa transformation en lead puis en opportunité,
  • Ainsi que dans la gestion des ressources, temps passé selon les produits en avant-vente, activités, planification en fonction des disponibilités des ressources (croisement entre données du CRM et RH),
  • Passage de prospect à client, suivi de l’historique opportunités puis des ventes, gestion de la concurrence, contrats, impayés éventuels (croisement entre les données facturations issues de l’ERP et des données CRM),
  • Puis au service après-vente, suivi des tickets, de la satisfaction client.

Une telle centralisation des données de l’entreprise, structurées et qualitatives ouvre également la voie à de l’analyse prédictive (machine learning, intelligence artificielle) et permet ainsi de passer à un niveau supérieur dans l’exploitation et la valorisation des données.

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 17

En résumé, avec un Data Warehouse en plus d’un outil BI externe, on s’affranchit de beaucoup de contraintes techniques et on ouvre le champ des possibles.
On s’oriente sur du reporting beaucoup plus puissant qui va permettre d’offrir des tableaux de bord adressant les besoins de tous les niveaux de l’entreprise
- Reporting opérationnel pour les utilisateurs : commerciaux, assistantes commerciales, support, avant-vente
- Reporting managérial pour la gestion des équipes, le suivi de l’activité : responsables commerciaux, responsables avant-vente et responsables support, responsables marketing / communication.
- Reporting / Pilotage plus global avec des KPIs plus high level : direction commerciale, direction marketing, direction financière, direction générale

Relier Data et CRM - L'épopée - Blog eFrontech 18

Découvrir les solutions Business Intelligence de Dataviz et CRM

Il existe de nombreuses solutions de CRM et BI, et fait notable : les passerelles entre les outils proposés par les différents éditeurs leader du marché (Salesforce et Microsoft) sont possibles ce qui permet de réaliser des projets dans diverses configurations possibles en fonction des contextes et besoins clients.

Conclusion

Le reporting est un vrai facteur d’adoption, de succès d’un projet CRM et bien plus encore, c’est la clé de la performance de votre CRM. Notre recommandation est de basculer rapidement vers l’approche 3 (outil externe BI) et 4 (outil externe BI + Data Warehouse).

Cela peut bien sûr se construire par brique et au fur et à mesure de vos besoins, en commençant par exemple par un reporting sans Data Warehouse pour sensibiliser et faire mûrir les besoins utilisateurs, puis engager la construction d’un Data Warehouse.

La practice BI chez eFrontech

  • 20 consultants certifiés sur les solutions Power BI, Tableau, Talend, Mulesoft, Azure
  • Compétences larges sur l’ensemble de la chaîne de transformation de la donnée : extraction, modélisation, stockage (construction DWH), reporting, visualisation, analyse statistique, cloud et on premise